Rechercher

Gérer la douleur grâce à l'hypnose


Nous avons tous un rapport très différent face à la douleur. La façon dont on la ressent, dont on la perçoit est très personnelle. Elle joue un rôle très important, celui de nous avertir qu’il y a un problème afin que l’on se mette en sécurité. Mais quand la douleur prend trop de place dans notre vie, cela peut devenir un véritable calvaire.



Depuis toujours nous avons cherché à lutter contre la douleur et notre connaissance actuelle des antalgiques permet de bien la contrôler. Cependant même si ils sont très efficaces ils ne sont pas toujours sans effets indésirables pour notre physiologie.



Et si notre cerveau pouvait devenir notre meilleure arme contre la douleur ? Au fond pour notre cerveau, la douleur n’est qu’une information comme une autre. Mais alors pourrait-on atténuer la perception de cette information, voire la faire disparaitre complètement juste en utilisant notre matière grise ?


L’hypnose s’intéresse à cette question depuis le premier jour de son existence. L’analgésie est même certainement dans l’histoire de l’hypnose, une de ses toutes premières applications. Mais alors comment est ce que ça marche ?


On va travailler sur différents leviers comme la profondeur de transe, la représentation de la douleur, les suggestions. Créer une analgésie peut nécessiter une certaine profondeur de transe. Il existe 6 niveaux de travail en hypnose sur l’échelle de la NGH (National Guild of hypnotists). Pour générer une analgésie on accompagnera la personne au niveau 4.


En pratique en cabinet pour atteindre cet état, cela peut prendre de une à deux minutes pour certaines personnes comme 10 à 15 minutes pour d’autres. Si nous avons tous accès à l’hypnose car c’est un état naturel de notre cerveau, nous ne sommes pas tous égaux quant à la vitesse qu’il nous faut pour y accéder en profondeur. Mais une fois cet état atteint, il peut être très facile de supprimer tout ou partie de la douleur. C’est le cas par exemple pour les tendinites, les douleurs musculaires du dos, les céphalées, les douleurs articulaires et bien d’autres…


La durée des effets de l’hypnose sur la douleur est variable selon les personnes. Pour prolonger les effets, on peut mettre en place différentes stratégies. L’usage d’ancrages ou l’apprentissage de l’auto-hypnose permet de retrouver les effets du travail fait en cabinet quand on est chez soi et que la douleur revient.


Mais agir sur la douleur ne doit pas être fait à la légère. Il ne faut pas oublier que la douleur est là pour nous empêcher d’aggraver une blessure, un dysfonctionnement qui est visible ou non. La supprimer demande de la prudence et de la modération et avant de travailler sur la douleur, un avis médical est nécessaire pour garantir la sécurité des personnes.